Liseuse

In Fine éditions d'art

ALAIN BUBLEX

AN AMERICAN LANDSCAPE

« Je travaille actuellement sur un nouveau projet : il s’agit de la réalisation d’un dessin animé basé sur le film First Blood. Après l’avoir vu régulièrement au fil des ans, j’ai remarqué que, plus que par l’action, j’étais attiré par l’atmosphère du film, et que celle-ci résidait dans ses décors, les paysages des montagnes Rocheuses à l’approche de l’hiver.
Je me suis alors trouvé convaincu que le paysage était l’un des acteurs principaux du film. C’est pour vérifier cette intuition que le dessin animé s’est imposé : pour isoler le paysage du reste du film, j’ai entrepris d’en redessiner chaque scène l’une après l’autre, plan après plan, mais sans jamais dessiner ni les acteurs ni l’action. Juste les décors, la ville, les routes, les montagnes et les forêts.
Le film d’action se transforme alors de lui-même en une ode poétique et mélancolique à la nature et aux paysages. Il laisse remonter à la surface des images, la peinture et la photographie américaines de paysage (de l’Hudson River School aux hyperréalistes en passant par les régionalistes des années 1930, Stephen Shore ou encore Walker Evans) et pointe bien l’importance – assez unique, je crois – du paysage naturel dans la construction de l’identité américaine. »

Depuis sa première exposition personnelle en 1992, Alain Bublex réinvente en permanence l’idée du voyage, plaçant la photographie au cœur de sa pratique plastique tout en la combinant au dessin.
Mais plus que le déplacement et le mouvement, c’est le paysage lui-même qui apparaît comme son principal sujet. Les États-Unis ont tenu une place particulière dans ce développement. Parti à la recherche de Glooscap (une ville imaginaire qui n’existe que par ses archives), il a sillonné le continent nord-américain le traversant d’est en ouest, du nord au sud, pour en revenir convaincu que les paysages ont joué un rôle primordial dans la constitution de la nation américaine.

Since his first solo exhibition in 1992, Alain Bublex has been constantly reinventing the idea of the journey, placing photography at the heart of his focus on the visual arts and blending it with drawing.
But more than travel and movement, it is the landscape itself that shines through as his main subject. The United States has held a special place in this development. Having gone in search of Glooscap (an imaginary city that exists only through its archives), he travelled the North American continent, crossing it from East to West, North to South, returning convinced that the landscapes played a key role in the formation of the American nation.

Avec le soutien du

Partenaires

Communiqué de presse