Liseuse

In Fine éditions d'art

SURIMONO

Trésors de l'estampe japonaise

« Les sourimonos […], ces images qui, par le soyeux du papier, la qualité des couleurs, le soin du tirage, et des rehauts d’or et d’argent, et encore par ce complément du gaufrage […] – ces images n’ayant rien de similaire dans la gravure d’aucun peuple de la terre. »
Edmond de Goncourt

La collection d’estampes japonaises de la fondation Georges Leskowicz est l’une des plus impressionnantes qui soit en Europe. Comportant plus de 1800 pièces, elle offre un panorama complet de l’art de l’ukiyo-e de la période Edo. Elle rassemble les chefs-d’œuvre des plus grands maîtres tels qu’Hiroshige, Hokusai, Utamaro, Sharaku, Harunobu.
Parmi ses trésors, la fondation possède un ensemble unique et rarissime de 165 surimonos, ce qui en fait l’une des plus grandes collections privées au monde.

A l’inverse des estampes produites par les éditeurs pour le grand public, les estampes de surimono sont des commandes privées non commerciales, pièces rares et précieuses, éditées en très petit nombre, 20 à 100 pièces.
Ses estampes sont commanditées par des cercles littéraires et des fans clubs d’acteurs lors d’occasions particulières : invitations, nouvel an, commémoration, nouvelles représentations théâtrales, etc. Les surimonos sont créés et adressés à une élite citadine bourgeoise, férue de littérature, naviguant entre culture classique et distractions contemporaines.
Libérés de contraintes commerciales, ces surimonos se caractérisent par des impressions luxueuses, utilisant des pigments métalliques rares et des techniques d’impression ra“nées : gaufrage, polissage du papier, laquage. L’artiste jouit d’une grande liberté d’expression et d’interprétation artistique. La valeur du surimono tient à la double complexité sémantique des poèmes et de l’image.
L’art des surimonos est encore peu connu des européens et pourtant, experts et collectionneurs ne peuvent que saluer la virtuosité technique de ses œuvres particulières, la rareté et la richesse visuelle autant que littéraire.

Ce livre constitue la première publication en langue française sur ce sujet.

Sommaire

I- Le surimono, une estampe précieuse

II- SURIMONO
渓斎英泉 | Keisai Eisen
菊川英山 | Kikukawa Eizan
八島岳亭 | Yashima Gakutei
砂山五清 | Sunayama Gosei
歌川広重 | UtaGawa Hiroshige
魚屋北渓 | Totoya Hokkei
蹄斎北馬 | Teisai Hokuba
葛飾北斎 | Katsushika Hokusai
葵岡渓栖 | Aoigaoka Keisei
鳥居清長 | Torii Kiyonaga
歌川國丸 | Utagawa Kunimaru
歌川国貞 | Utagawa Kunisada
歌川国芳 | Utagawa Kuniyoshi
歌川貞景 | Utagawa Sadakage
柳川重信 | Yanagawa Shigenobu
二代 柳川重信 | Yanagawa Shigenobu I
柳々居辰斎 | Ryûryûkyo Shinsai
勝川春英 | Katsukawa Shunei
二代 速水春暁斎 | Hayami Shungyôsai II
窪俊満 | Kubo Shunman
勝川春亭 | Katsukawa Shuntei
菱川宗理 | Hishikawa Sôri
二代 葛飾戴斗 | Katsushika Taito II
歌川豊廣 | Utagawa Toyohiro
歌川豊国 | Utagawa Toyokuni
凌雲亭和海 | Ryôuntei WaKai
Toyohiro, Hokkei, Shunei, Hokusai, Gakutei, Toyokuni

Notes sur la traduction des poèmes
Bibliographie
Remerciements

Partenaires

Communiqué de presse