In Fine éditions d'art

Le musée Barbier-Mueller et Jacques Kaufmann, artiste céramique

Écarts et correspondances

Sanctuaire d’objets d’origines diverses, tous plus remarquables les uns que les autres, le musée Barbier-Mueller rassemble une collection reconnue internationalement comme un haut lieu des arts dits « primitifs », ou « arts lointains », selon la variation des terminologies dans le temps.

La céramique, qui s’inscrit dans le champ de l’art contemporain et de ses pratiques contextuelles, cherche également à rencontrer ce qui fait permanences et écarts au sein des expressions humaines, à travers le temps et l’espace. Dans le domaine des arts, le passé ne passe pas vraiment. Les formes se réactivent, re-émergent, se réapproprient les unes et les autres, se retrouvent.

Les écarts, correspondances, conjonctions, analogies, intervalles entre des œuvres permettent de percevoir tout ce qui peut contribuer à rendre effectif cet effort collectif de l’humanité dans la durée pour répondre à ses besoins fondamentaux d’ordre spirituel. Les permanences et les mouvements des formes contredisent la notion de progrès en art.

Le projet s’est construit autour de rapprochements entre des pièces sélectionnées dans les collections Barbier-Mueller et des œuvres que Jacques Kaufmann a réalisées dans son atelier et dans le monde, sur des temps longs, tentant d’en cerner les points de rencontre comme les écarts.

Partenaires